Penser et agir pour l’entrepreneuriat en Afrique

Miser sur l’exception créative africaine

À l’international, l’Afrique intrigue et inspire. De récents exemples le prouvent : la collection été de Gucci en 2019 ; la collection croisière 2019 de Dior, largement inspirée par la…

À l’international, l’Afrique intrigue et inspire. De récents exemples le prouvent : la collection été de Gucci en 2019 ; la collection croisière 2019 de Dior, largement inspirée par la mode africaine et dont certains tissus ont été imprimés en Côte d’Ivoire ; l’ouverture de la fashion week 2021 milanaise par les « Fab Five », cinq créateurs d’origine africaine. Et bien d’autres encore.

Aucun commentaire sur Miser sur l’exception créative africaine

Les programmes d’accélération : solution miracle pour les très jeunes entreprises ? (2/2)

Depuis plusieurs années, les programmes d’accélération se multiplient sur le continent africain. Que se cache-t-il derrière ce concept en vogue ? Qu’apporte un programme d’accélération à une entreprise ? Après…

Depuis plusieurs années, les programmes d’accélération se multiplient sur le continent africain. Que se cache-t-il derrière ce concept en vogue ? Qu’apporte un programme d’accélération à une entreprise ?

Après avoir exploré les différentes facettes des programmes d’accélération actuellement déployés sur le continent africain dans un premier article (disponible ici), nous partons ici à la rencontre d’une entreprise bénéficiaire d’un programme d’accélération, avec une interview croisée de Mohamed Diaby et Ybrahim Traoré respectivement CEO et co-Directeur de Citrine Corporation.

Fondée en 2014, Citrine Corporation est une entreprise basée à Grand-Bassam, au sud de la Côte d’Ivoire, spécialisée dans la production et commercialisation de produits agricoles commercialisés sous la marque Zatwa dans la sous-région, en Europe et aux Etats-Unis. Comme nombre de petites entreprises africaines, souvent considérées trop jeunes et/ou trop risquées, Citrine Corporation a eu de grandes difficultés à accéder aux financements ‘’classiques’’ (prêts bancaires, investissement en capital, etc.). En revanche, depuis 2020, l’entreprise bénéficie du programme d’accélération I&P Accélération au Sahel[1], lui permettant d’avoir des ressources nécessaires pour bien démarrer (test de marché, phases pilotes, recherche & développement, équipements, renforcement des capacités) et passer au changement d’échelle.

 

En quoi consiste votre projet entrepreneurial ?

Mohamed Diaby : Depuis le départ, notre idée est de valoriser les mets et les cultures locales de la région du Sud de la Côte d’Ivoire, d’où nous sommes tous deux originaires.

Ybrahim Traoré : notre ambition était aussi de montrer aux jeunes africain(e)s que l’on n’a pas besoin de sortir du pays pour réussir. Démarrer une entreprise et créer des emplois, c’est une façon de répondre au problème de la migration clandestine, qui s’observe dans plusieurs pays d’Afrique. C’est pourquoi notre activité ne se limite pas à l’import-export : nous assurons la phase de commercialisation mais aussi la phase de production. Il s’agit de céréales, fruits et légumes produits dans la région de Grand-Bassam, fortement consommés par les Ivoiriens en Côte d’Ivoire et à l’étranger, comme le placali et l’attiéké. Nous avons aussi lancé notre propre marque, Zatwa Impex.

 

Comment vous est venu cette idée ?

M. D. : Nos chemins se sont croisés à l’université, lors de notre cycle de fin d’études. Pour valider notre diplôme, il fallait trouver une alternance mais nous avons préféré nous lancer directement dans l’entrepreneuriat. Nous avons donc commencé ce projet en nous basant sur le constat suivant : tout le circuit de distribution de produits africains et agro-alimentaire (attiéké, poisson fumé, etc.) est dirigé par des communautés non-africaines. En France par exemple, les épiceries sont détenues par la communauté asiatique. Nous trouvions cela dommage… et c’est comme cela qu’on a démarré l’aventure.

Y. T. : On ne voulait pas juste produire et vendre de l’attiéké, mais être aussi garant de la qualité des produits mis sur le marché. L’entreprise fonctionne bien. Au démarrage, nous avions une dizaine d’employés, dont 90% de femmes. Aujourd’hui, on compte environ 60 emplois permanents et nous employons jusqu’à 100 personnes en période de production.

 

Votre entreprise est accompagnée depuis 2020 par le programme I&P Accélération au Sahel ? Que vous apporte ce partenariat ?

M. D. : Je dirais beaucoup de choses ! Nous avions approché le fonds ivoirien Comoé Capital il y a quelques années, mais nous n’étions pas encore tout à fait prêts. L’occasion de partenariat s’est présentée grâce au lancement du programme I&P Accélération au Sahel, piloté par Investisseurs & Partenaires et financé par l’Union Européenne.

Aujourd’hui, on doit beaucoup à l’équipe qui assure le suivi et nous donne des conseils très utiles. I&P et Comoé Capital nous ont aidé à réaliser notre étude de marché sur la farine de manioc et les produits dérivés du manioc (comme l’attiéké et le placali mentionnés plus haut) qui nous a permis de confirmer le potentiel de vente, en Côte d’Ivoire mais aussi auprès de la diaspora africaine (du Congo, Niger, Ghana, Bénin…), qui consomme également beaucoup de manioc. Ensuite, le programme nous a permis d’augmenter la capacité de production à l’aide d’équipements de production (fours, machines, emballages, concasseur, matières premières).

Y. T. : L’accompagnement du programme nous permet aussi d’alléger la charge de travail de notre main d’œuvre. Nos employées travaillent à temps plein mais produisent beaucoup plus. Elles peuvent désormais produire deux conteneurs en l’espace d’un mois, contre un conteneur auparavant. La charge de travail est moins fatigante mais elles gagnent beaucoup plus car cela nous donne la possibilité d’augmenter leurs salaires. Elles comptent beaucoup sur nous et sur cet emploi pour pouvoir gérer leurs familles.

Grâce au programme d’accélération, nous avons pu déployer notre capacité de production, avec une charge de travail moins lourde et moins fatigante pour les employées, et un salaire plus élevé à la clé.

 

Quelles sont les prochaines étapes ?

Y. T. : L’appui du programme nous permet de nous attaquer aux questions environnementales. Nous bénéficions par exemple d’une mission d’assistance technique* pour mesurer l’efficacité de toute notre chaîne de production. Il s’agit d’un accompagnent qui va durer 18 mois. Des consultants travaillent avec nous, font des diagnostics sur nos rouleaux d’étranglement et émettent des recommandations et nous aident à mettre en place des bonnes pratiques pour que Citrine puisse obtenir la certification HACCP[2].

M. D. : A moyen-terme, nous souhaitons consolider le positionnement de Citrine sur le marché local. C’est important pour nous de renforcer la vente de nos produits dans les marchés et supermarchés et contribuer à la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire. Comoé Capital a déjà commencé le boulot, en nous mettant en relation avec des programmes internationaux qui faciliteront la commercialisation de nos produits sur le marché européen, et notre relation avec les petits producteurs.

L’appui du programme nous permet de nous attaquer aux questions environnementales. Nous bénéficions d’une mission d’assistance technique pour mesurer l’efficacité de toute notre chaîne de production.

 

 

Mots-clés

Accélération : Service de mentorat, de financement ou de mise en réseau mis en place par les acteurs privés (fonds d’investissement, incubateurs, etc.) et les bailleurs de fonds adressé aux petites entreprises pour les accompagner dans leur phase de démarrage.

Amorçage : Ensemble des ressources octroyées à une entreprise pour répondre aux dépenses liées à son démarrage (fonds de roulement, dépenses d’exploitation, recherche/développement, achat d’équipement et de technologies) et à sa préparation à la levée de fonds.

Assistance technique : Ensemble des ressources non financières octroyées aux équipes managériales et/ou opérationnelles d’une entreprise pour renforcer leurs compétences dans plusieurs domaines (stratégie, gestion financière et/ou fiscale, commercialisation, production, etc.). Généralement, l’assistance technique se déroule sous forme de formation (individuelles ou collectives) ou de missions d’accompagnement exercées par un expert

 


[1] I&P Accélération au Sahel, lancé en 2020, est un programme déployé par le groupe Investisseurs & Partenaires et financé par l’Union Européenne. Le programme cible 13 pays de la sous-région sahélienne et donne aux jeunes pousses l’accès aux financements et aux compétences nécessaires pour permettre leur développement et ainsi favoriser la création d’emplois décents.

[2] L’HACCP (Hazard analysis Critical Control Point, ou Analyse des dangers et contrôle des points critiques) est la principale plateforme de législation internationale concernant la fabrication pour tous les acteurs de l’industrie alimentaire. L’HACCP a pour objectif de valider la mise en place du système de sécurité alimentaire.

Par :
Aucun commentaire sur Les programmes d’accélération : solution miracle pour les très jeunes entreprises ? (2/2)

Les programmes d’accélération : solution miracle pour les très jeunes entreprises ? (1/2)

Capitalisant sur la révolution entrepreneuriale africaine actuellement en plein essor, les acteurs de l’aide publique au développement font de plus en plus le pari de soutenir les nouvelles générations d’entrepreneurs…

Capitalisant sur la révolution entrepreneuriale africaine actuellement en plein essor, les acteurs de l’aide publique au développement font de plus en plus le pari de soutenir les nouvelles générations d’entrepreneurs qui souhaitent contribuer à la création d’emplois et l’émergence d’une croissance plus inclusive sur le continent africain. C’est dans ce contexte que sont nés ces dernières années des programmes, initiatives ou structures se réclamant de « l’accélération » d’entreprises.

Note : La deuxième partie de l’article, s’intéressant au cas concret d’une entreprise ivoirienne accompagnée par un programme d’accélération, sera disponible d’ici une semaine.

L’accélération : un concept prometteur pour les jeunes pousses africaines

Dans le secteur de l’entrepreneuriat, l’accélération se définit comme une prestation de service qui s’adresse aux entreprises en croissance, au moyen de mentorat, de mise en réseau, et parfois de financement. L’emploi du terme accélération pour des programmes et dispositifs recouvre cependant des réalités bien différentes. On peut ainsi côtoyer des « accélérateurs » et start-up studios (à l’instar de GSMA Kenya, ou Flat6Labs Egypt), souvent des structures physiques ou virtuelles dont la majorité se concentre sur les startups de l’économie numérique(1) et est située dans des pays anglophones ; mais aussi des fonds d’investissement qui se définissent eux-mêmes comme des accélérateurs (à l’instar de Catalyst Fund ou Janngo) et/ou développent des gammes d’activités de programmes d’accélération pour diversifier leur portefeuille.

Ces programmes sont principalement financés par des bailleurs de fonds, des organisations internationales ou des donateurs privés (on peut notamment citer West African Trade Investment financé par USAID, ou encore les Orange Corners pilotés par l’Agence néerlandaise pour les entreprises).

À noter que les acteurs physiquement présents sur le continent africain ne sont plus les seuls à proposer ces programmes : dans un contexte mondialisé où l’accompagnement virtuel est largement favorisé, des accélérateurs internationaux, américains, latino-américains, européens, accueillent en leur sein des startups africaines de plus en plus nombreuses. Avant 2020, le célèbre Y Combinator nord-américain n’avait accompagné en présentiel que 12 startups africaines… un chiffre qui a triplé sur les deux dernières années.

Face aux besoins des entrepreneurs, une offre encore largement insuffisante

Cette apparente profusion des programmes d’accélération tend à donner l’impression que les besoins des jeunes pousses entrepreneuriales africaines sont désormais couverts. Une impression trompeuse souvent renforcée par les chiffres en croissance, et pourtant circonscrits à la tech, des levées de fonds venture capital dans une poignée de pays africains (Kenya, Nigeria, Afrique du Sud, Égypte).

Le nombre de jeunes entreprises à soutenir à l’échelle du continent, en phase d’accélération ou en amont lors de la phase d’incubation, est considérable ; alors que l’offre de financements en amorçage (pré-seed/seed) est quasi-inexistante si l’on rapporte le nombre de financements au nombre d’entrepreneurs. Le soutien financier et non financier à leur apporter doit couvrir des besoins pluriels, à la fois généraux et spécifiques, et demande donc du temps, des expertises ancrées localement et un calibrage chronophage et sur-mesure des diagnostics. Accélérer le développement d’une entreprise, ce n’est pas accélérer le temps d’accompagnement indispensable à sa croissance.

Malheureusement, la plupart des programmes financés par l’aide publique au développement ne sont pas suffisamment structurés pour dépasser la contradiction entre le temps nécessaire à allouer à chaque entrepreneur et le nombre de bénéficiaires à cibler. Bien souvent ces programmes ne veulent ou ne peuvent assumer le coût réel d’un accompagnement par entreprise, et prennent donc le risque d’agir uniquement en surface. Les moyens de mise en œuvre sont contraints, face à des réservoirs inépuisables de nouveaux entrepreneurs à appuyer, dont les problématiques de passage à l’échelle ne peuvent pas être résolues exclusivement par un accompagnement généraliste.

L’apparente profusion des programmes d’accélération peut donner une impression trompeuse : le nombre de jeunes entreprises à soutenir à l’échelle du continent est considérable et l’offre de financements en amorçage est encore largement insuffisante

S’inspirer et déployer les bonnes pratiques

Parce qu’il reste encore beaucoup à faire pour garantir le développement de l’entrepreneuriat africain, l’expérience accumulée ces dernières années par les acteurs qui mettent en œuvre des programmes d’accélération doit permettre d’identifier quelques « bonnes pratiques » qui gagneraient à être déployées sur de plus larges géographies :

(1) La segmentation des programmes est une valeur ajoutée

Tout dispositif d’accélération doit intégrer l’idée que coexistent au sein de la notion de ‘’jeunes pousses’’ des entreprises qui n’ont rien de comparable, tant dans leur activité que dans leur localisation ; et qu’à situations locales différentes, accompagnement différencié. La segmentation est donc un véritable atout sur le fond (car on comprend vite qu’une TPE/PME sahélienne dans le secteur agro par exemple, n’aura pas les mêmes besoins d’appui qu’une startup de e-commerce nigériane) et sur la forme (un gain de temps lors de la phase initiale de diagnostic). Elle est aussi une valeur ajoutée au sein des programmes qui privilégient une approche virtuelle et groupée, et qui seront en difficulté pour obtenir les résultats escomptés auprès de publics trop diversifiés.

Les programmes sectoriels, comme ceux dédiés aux entreprises du secteur agro (comme le PCESA financé par la coopération danoise au Burkina Faso), ou les initiatives focalisées sur le genre (comme la W Initiative de Access Bank Nigeria) sont plus à même de cerner les problématiques des entreprises, en plus de mieux appréhender les enjeux d’équité des territoires (urbains, ruraux…). Suivant cette même logique, les objectifs de résultats sont atteints quand le continuum d’accompagnement a été bien pensé. L’incubation en particulier n’est pas interchangeable avec l’accélération tant les besoins des entreprises peuvent différer d’une phase à l’autre(2).

(2) La multiplication de l’impact s’obtient en formant des acteurs intermédiaires locaux indispensables au développement des entrepreneurs

Les structures d’appui à l’entrepreneuriat (SAE) en particulier, mais aussi les experts et consultants indépendants qui doivent pouvoir trouver leur marché au-delà des aides ponctuelles des bailleurs de fonds(3). C’est en concourant à la montée en compétences locales de professionnels africains qu’un plus grand nombre d’entreprises pourront changer d’échelle. Outre Afric’innov, dont c’est la mission première dans les pays d’Afrique francophone, quelques acteurs financiers se sont récemment engagés à combler cet angle mort de l’offre de programmes. On peut notamment citer la collaboration d’Argidius et de Village Capital qui s’efforcent depuis 2020 de concourir à la structuration des SAE en Ouganda (Uganda Ecosystem Builders), et le travail de mentorat puis de financement de SAE effectué par Triple Jump et ses experts en Afrique subsaharienne.

(3) Les dispositifs d’accélération qui mettent à disposition des palettes d’outils complémentaires gagnent en efficience.

En premier lieu, des outils de financements d’amorçage adaptés, qui prennent spécifiquement en compte le manque d’habitude et d’aptitude à la gestion financière. Ces outils peuvent prendre la forme de l’avance remboursable, telle qu’actuellement pratiquée par exemple sur le programme I&P Accélération au Sahel. Elle pose les premiers jalons d’une relation avec un financeur, et permettra probablement de soutenir financièrement davantage de PME par effet de recyclage de l’argent(4).

En second lieu, des outils de renforcement de compétences alternant l’appui généraliste (pour viser la diffusion de compétences entrepreneuriales le plus largement possible) et l’appui ciblé (venture building, assistance technique). L’accompagnement technique de l’entreprise est en réalité tout aussi déterminant que l’appui financier. Les entreprises alumni de Y Combinator ne démentiraient pas que leur croissance doit davantage à l’accompagnement qualifié qu’à un financement initial, même si c’est bien ce dernier qui donne plus de crédit aux conseils prodigués.

Bien que la rareté du financement en amorçage soit un frein non négligeable, l’accompagnement, via le renforcement de compétences et l’assistance technique, est tout aussi déterminant.

Le renforcement de compétences généraliste (formations collectives, bootcamps et ateliers, webinaires etc.) est souvent connu et prisé des bailleurs de fonds, mais l’assistance technique est la grande absente de bon nombre de programmes d’accélération. L’assistance technique, c’est-à-dire la contractualisation avec des experts locaux sectoriels (juridique, commercial, technologique, managérial etc.) est pourtant critique pour l’amélioration des performances des entreprises pendant l’absorption de financements d’amorçage et le développement de leur traction. L’assistance technique est un outil éminemment pertinent quand elle est mise en œuvre par un investisseur, qui souhaitera renforcer l’entreprise là où il perçoit des risques qui ne seraient pas décelés par d’autres types d’acteurs. La plupart des programmes d’accélération incluant le déploiement d’assistance technique affichent des résultats nets : c’est le cas par exemple du Boost Digital de GreenTec Capital, qui propose de l’assistance technique en stratégie commerciale & digitale, et permet une augmentation significative du chiffre d’affaires des startups bénéficiaires.

Quelques écueils à éviter

De nombreux chantiers attendent encore les financeurs de programmes pour intensifier l’impact de leurs dispositifs. Il faudra inévitablement sortir du discours tout-startup pour soutenir aussi les TPMEs « brick and mortar », et repenser l’ancrage de l’accompagnement dans le temps en prenant en compte les phases de montée en compétences incompressibles, coûteuses mais nécessaires pour répondre à des indicateurs de résultats exigeants. Admettre aussi que des taux d’échecs élevés au départ sont normaux, tant les risques initiaux sont importants alors que l’entreprise doit justement déployer son offre, faire ses preuves et trouver son marché. Si l’entreprise survit, grâce entre autres à l’accélération, alors les risques, les besoins de liquidité, de compétence (…) décroissent simultanément.

Il faut également fuir le modèle de concours et de challenges éphémères, sauf à être clair sur leurs finalités (de test de la marque, de visibilité etc.), et favoriser dans les processus de sélection des entreprises hors des circuits connus de « serial pitcheurs », un travail de recherche de « pépites » difficile et convoquant patience et relais locaux. La mise en œuvre de programmes pensés depuis le continent, impliquant des parties prenantes publiques et privées africaines, privilégiant la prise de risque financière locale (les business angels, les entrepreneurs africains notamment alumni des programmes d’accélération souhaitant investir par exemple), deviendra incontournable.

En conclusion, on peut espérer que l’engouement des DFI, bailleurs internationaux, acteurs privés africains pour l’accélération se poursuive et concrétise des aspirations ambitieuses : solidifier les jeunes entreprises puis créer les passerelles intermédiaires avant des investissements en capitaux pour celles qui ont des projets de développement manifestes. Une dynamique indissociable d’une réflexion plus large sur les programmes qui existent plus en amont de l’accélération (programmes d’idéation ou d’incubation). Un effort collectif doit être mené pour continuer d’interroger la qualité de nos outils, les perfectionner au plus près des problématiques des entreprises africaines en croissance.


Notes :

(1) Un aperçu des structures dites accélérateurs est disponible sur les sites Afrikan Heroes et CrunchBase https://afrikanheroes.com/2021/05/29/a-list-of-startup-accelerators-in-africa/ https://www.crunchbase.com/hub/africa-accelerators ainsi que dans les rapports de Briter Bridges 2020 & 2021

(2) Cf étude AFD-Roland Berger « Innovation en Afrique et dans les pays émergents » https://www.afd.fr/sites/afd/files/2018-05-05-57-55/etude-innovation-numerique-afrique-pays-emergents.pdf

(3) Sur ce sujet, voir les études et expériences actuellement menées au Cameroun, au Congo-Brazzaville et au Tchad par des acteurs comme R.M.D.A ou l’Agro-PME Fondation pour mettre en place l’emploi du chèque services, un outil utile pour la formation et l’accréditation des consultants etc. https://www.rmda-group.com/project/tchad-appui-a-la-maitrise-douvrage-du-projet-dappui-a-la-petite-entreprise-phase-2 https://www.adiac-congo.com/content/pme-le-guichet-cheque-services-bientot-operationnel-32125

(4) L’avance remboursable et ses effets feront l’objet d’un article dans ce dossier Accélération.

Aucun commentaire sur Les programmes d’accélération : solution miracle pour les très jeunes entreprises ? (1/2)

Pourquoi la création de l’Agence Africaine du Médicament est une urgence impérieuse

Avec 17 % de la population mondiale, l’Afrique (55 pays, 1,3 milliard d’habitants) supporte une charge de morbidité disproportionnée : elle représente un quart de la morbidité mondiale, 60 %…

Avec 17 % de la population mondiale, l’Afrique (55 pays, 1,3 milliard d’habitants) supporte une charge de morbidité disproportionnée : elle représente un quart de la morbidité mondiale, 60 % des personnes vivant avec le VIH/sida et plus de 90 % des cas annuels de paludisme dans le monde, mais seulement 6 % des dépenses de santé et  moins de 1 % du marché pharmaceutique mondial.

Aucun commentaire sur Pourquoi la création de l’Agence Africaine du Médicament est une urgence impérieuse

Renforcer en urgence le tissu d’entreprises privées africaines : pourquoi et comment?

Au-delà des déclarations d’intention régulièrement renouvelées à l’occasion des Sommets internationaux, il faut enfin passer à l’échelle pour financer massivement les PME en Afrique, faire émerger un tissu économique puissant…

Au-delà des déclarations d’intention régulièrement renouvelées à l’occasion des Sommets internationaux, il faut enfin passer à l’échelle pour financer massivement les PME en Afrique, faire émerger un tissu économique puissant d’entreprises privées et ainsi relever le défi d’un meilleur développement du continent.

Aucun commentaire sur Renforcer en urgence le tissu d’entreprises privées africaines : pourquoi et comment?

Et si on osait les Informal Bonds ?

Cette tribune vise à présenter un mécanisme de financement qui se voudrait alternatif à l’attention des activités informelles et des très petites entreprises, afin qu’elles puissent bénéficier d’autres opportunités de…

Cette tribune vise à présenter un mécanisme de financement qui se voudrait alternatif à l’attention des activités informelles et des très petites entreprises, afin qu’elles puissent bénéficier d’autres opportunités de financements formels et surtout, dans de meilleures conditions que celles qui leur sont proposées aujourd’hui.

 

Quelques mécanismes de financements actuels

Encore aujourd’hui, la part prépondérante du financement de nos économies revient au secteur bancaire, avec l’inconvénient d’ériger le banquier en spécialiste multi-sectoriel, qui regroupe au sein d’un même portefeuille des entrepreneurs de l’agro-alimentaire, de l’énergie, du conseil ou encore des nouvelles technologies.

Nous avons aussi les acteurs du financement de haut bilan tels que les Capital-Investisseurs qui, pour des raisons d’efficacité dans le suivi de leurs investissements, se limitent généralement à des investissements de grandes tailles (sachant que quelques-uns d’entre eux ont – heureusement – orienté leurs stratégies d’investissement vers le secteur de la Petite et Moyenne Entreprise).

Il y a également les Institutions de Microfinance. Leur popularité révèle un modèle de financement adapté aux petites économies, mais ce secteur connait malheureusement certaines dérives, avec l’application de taux usuriers.

Nous aurions pu évoquer le financement par la méso-finance, encore récent, qui se présente comme un intermédiaire entre le financement bancaire et micro-bancaire. Ou encore les Nano-crédits, systèmes d’octrois de crédits généralement inférieurs à 100 000 FCFA proposés par certaines Fintech de la place, qui sont encore faiblement vulgarisés.

Enfin, il existe un système de financement informel et parallèle, appliquant des taux d’intérêts abusifs.

Un constat s’impose quand on survole ainsi les mécanismes de financement existants : l’oubli du secteur informel, secteur qui représente pourtant plus de 85% des emplois sur le continent africain selon l’Organisation Internationale du Travail. Il est donc nécessaire de définir un mécanisme de financement alternatif, adapté à cette catégorie de notre économie.

Un constat s’impose quand on survole les mécanismes de financement existants en Afrique : l’oubli du secteur informel, secteur qui représente pourtant plus de 85% des emplois sur le continent.

 

Le secteur informel, notre matelas de survie

Le secteur informel constitue pour la grande majorité des africains un matelas de survie. Pour prendre le cas de l’Europe, le matelas de survie y est défini par chaque état, sur la forme d’un modèle social. Ainsi, dans chaque pays a été fixé un Salaire Minimum, permettant à chaque travailleur de subvenir aux besoins primaires de sa famille.

En Afrique, ce matelas de survie se caractérise par nos activités informelles. L’agent contractuel d’une administration publique qui gagne 65 000 FCFA/mois (soit 100 €), et qui a 6 enfants à charge, aura besoin de développer une activité informelle en parallèle pour arrondir ses fins de mois, ne serait-ce que pour la survie alimentaire de sa famille.

Financer notre secteur informel reviendrait donc à financer notre protection sociale. L’informel ne peut rester le « Grand Oublié », ou le « Mal Outillé » de notre économie tel qu’il l’est aujourd’hui. Le marché financier africain devrait représenter l’espoir, l’alternative, en incluant en son sein cette catégorie informelle de notre entrepreneuriat. Chaque acteur de notre chaîne économique devrait pouvoir identifier une opportunité au travers de ce marché financier.

C’est pourquoi nous proposons la mise en place d’un nouveau produit que l’on pourrait qualifier d’Informal Bond, ou obligation informelle. [Une obligation est une valeur mobilière qui constitue une créance sur son émetteur. Elle est donc représentative d’une dette financière à moyen ou long terme.]

 

Informal Bond : Qu’est-ce que c’est ?

Selon un rapport du Fonds Monétaire International (2017), le secteur informel représenterait, selon les pays africains, entre 20% (Afrique du Sud) et 65% (Bénin, Nigéria) de leur Produit Intérieur Brut. Contrairement à l’idée qu’on s’en fait habituellement, il n’est pas pour autant toujours mal organisé. Certaines de ses activités sont organisées en « Corporations / Coopératives / Groupements » – des groupements de Planteurs ou des groupements de Motos-taxis par exemple.

L’idée est tout simplement de permettre aux groupements ayant fait preuve, historiquement, d’une bonne organisation et d’une bonne gouvernance de solliciter un financement pour leurs membres via le Marché Financier par l’émission de ce que l’on appellerait un ‘’Informal Bond’’, soit une obligation dédiée au financement d’activités informelles.

Cette émission serait directement initiée par les responsables du Groupement, qui auraient au préalable sélectionnés, grâce à leur connaissance du secteur et de leurs membres, les membres bénéficiaires ainsi que les montants des prêts octroyés pour chacun d’eux.

Partant du principe que le groupement aura préalablement fait preuve de probité morale, il serait envisageable que tout ou partie de cette émission soit garantie par une banque ou un fonds de garantie de l’état. Ce qui allègerait le coût de cette dette dont la maturité n’excèderait pas les 18 mois.

Pour des raisons de sécurité et de transparence, en cette ère du digital, les prêts et les remboursements se feraient directement par Mobile Money entre la Banque dépositaire de l’opération et ces entrepreneurs du secteur informel.

 

Ce concept aurait comme vertu d’inciter à la structuration et formalisation progressive des acteurs de l’informel, qui se verraient proposer un cadre organisationnel à suivre pour être éligibles à ce mécanisme de financement (Adhésion à un Groupement, Tenue de Livres de comptes, Ouverture d’un Compte Mobile-Money, …). De leur côté, les États bénéficieraient d’une assiette fiscale élargie.

Aucun commentaire sur Et si on osait les Informal Bonds ?

Au nom de l’inclusion financière : éduquons et sensibilisons !

Pour reprendre la définition proposée par la Banque Mondiale, l’inclusion financière fait référence à la possibilité pour les individus et les entreprises, de fait exclus des services financiers traditionnels, d’accéder…

Pour reprendre la définition proposée par la Banque Mondiale, l’inclusion financière fait référence à la possibilité pour les individus et les entreprises, de fait exclus des services financiers traditionnels, d’accéder à moindre coût à toute une gamme de produits et de services financiers utiles et adaptés à leurs besoins.

Chaque année, de nombreuses conférences organisées avec les Institutions de Bretton Woods réfléchissant aux stratégies à mettre en place pour améliorer l’inclusion financière et développer l’éducation financière des populations africaines. Depuis 2 ans, la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a-t-elle ainsi initié un Programme pour la vulgarisation de l’Éducation Financière, et a créé une Direction Centrale consacrée essentiellement aux enjeux de l’inclusion financière. On voit aussi que plusieurs pays, comme le Cameroun, le Sénégal, ou le Togo planchent sur leur propre stratégie de finance inclusive.

Tout ceci prête donc à penser, à juste titre, qu’il y a un véritable problème d’inclusion financière dans la plupart des pays d’Afrique Subsaharienne. Problème qui se traduit notamment par un manque d’éducation financière des populations africaines, et dont la solution passerait par amener chaque individu ou ménage de la société civile à épargner par des canaux plus formels de notre économie.

 

Ce que nous ont appris les récents scandales financiers

Nous sommes nombreux aujourd’hui à affirmer qu’il est difficile de capter l’épargne des ménages africains. Mais alors, comment comprendre le succès de ces financiers proposant des placements de stratégies Madoffiennes (système de Ponzi) tel que ce fût le cas dans  l’affaire MonHévéa en Côte d’Ivoire et en 2018, le phénomène MIDA au Cameroun ? Et probablement d’autres scandales non encore révélés ? Des organisations qui garantissent des gains de l’ordre de 300% à 400% sur un horizon d’investissement de quelques mois et qui se sont proliférées au fil des années, au su et au vu des officiels (et quelques fois même grâce à des spots publicitaires diffusés sur les antennes nationales).

Il y a au moins deux choses que nous pouvons retenir de ces arnaques financières.

Tout d’abord, au regard de la pléthore des victimes et de l’importance des montants engagés, on note qu’il y a de l’épargne sur le continent africain. Elle est principalement constituée de petites épargnes, ce que l’on appelle l’épargne des ménages – sur toutes les couches de la population.

Et par ailleurs, force est de constater que ces promoteurs d’infortune ont des arguments convaincants leur permettant de capter une épargne tant convoitée par nos nombreux programmes de développement internationaux et qui échappent aujourd’hui aux institutions financières locales et légales.

 

Mettre à profit les Administrations traditionnelles

Dans « éducation financière », il y a le terme « éducation ». Éduquer, c’est aussi sensibiliser.

Cette éducation financière est visiblement nécessaire pour nos responsables et officiels africains, qui dans certains pays se sont rendus complices des mauvaises pratiques énoncées plus haut, souvent par manque de connaissance sur ces sujets. Ne serait-ce que pour faire comprendre que des taux d’épargne au-delà de 20% ou 30%, ça n’existe pas (et encore moins des taux à plus de 200%, à moins que l’on épargne pour nos arrières arrières petits enfants !). Nous pouvons ainsi espérer que dans les stratégies d’éducation financière, plutôt bien pensées, il est prévu d’éduquer les administrateurs aussi bien que les administrés…

Cette sensibilisation des administrateurs ne doit pas seulement être faite au niveau civil (Sous-Préfets, Maires, etc.), mais elle doit aussi concerner les administrateurs traditionnels (Chefs traditionnels, Chefs de quartiers), qui seront les meilleurs relais pour la sensibilisation de leurs populations. Nos États pourraient même aller plus loin en créant des Agences bancaires postales au sein de certaines grandes chefferies exploitant ainsi les relations de proximités, de confiance et d’humilité qui subsistent entre les villageois et leurs autorités traditionnelles.

Nous pouvons espérer que dans les stratégies d’éducation financière, plutôt bien pensées, il est prévu d’éduquer les administrateurs aussi bien que les administrés…

Incorporer des solutions pragmatiques

Le but n’est pas ici d’émettre un doigt accusateur sur ces initiatives volontaristes, menées pour améliorer les conditions sociales de nos populations… mais plutôt d’insister sur la nécessité d’y incorporer les fondamentaux socio-économiques et culturels qui régissent nos sociétés.

Les grandes réflexions ne sont pas nécessairement les vecteurs de bonnes propositions. La réflexion est utile mais dans nos contextes, elle doit être la plus pragmatique possible. Alors qu’un Programme National d’Inclusion Financière se fixe un objectif d’amélioration sur 5, 10 ou 15 ans, une approche pragmatique se doit de fixer un objectif pour demain, tout en œuvrant dès maintenant pour améliorer l’éducation financière :

  • Pour que demain, ou après-demain, lorsqu’une nouvelle initiative malveillante verra le jour, elle n’aura absolument plus la même ampleur.
  • Pour que dès demain, la société civile, mais surtout le secteur informel, puissent se défaire de ce complexe d’infériorité qu’ils nourrissent vis-à-vis de la banque, à cause de diverses raisons: Faibles revenus, barrière de la langue (pour les analphabètes) …

Comment comprendre que ces mêmes personnes n’ont eu aucune difficulté à se rendre auprès des organisations aux pratiques illégales pour épargner/investir ? La raison principale était la promesse de ces dernières de multiplier leur argent.

Ainsi, il faudrait que le banquier africain communique davantage auprès de tous ces petits épargnants, dans un langage qui leur est approprié, leur promettant une bonification de leur épargne sur la base d’un taux d’intérêt.

Cette communication peut également être menée par les États, au travers des moyens de communication technologiques que se sont appropriés 90% des africains. En se servant de la Téléphonie Mobile non pas seulement dans le but d’offrir des services financiers tels que c’est le cas aujourd’hui (Mobile Banking), mais aussi dans l’optique d’en faire un vecteur d’éducation et de sensibilisation aux concepts bancaires et financiers. Une éducation qui se ferait de façon écrite par le biais de SMS réguliers et pour les analphabètes, de façon orale par le biais de messages vocaux en dialecte local.

Le banquier africain devrait communiquer davantage auprès des petits épargnants, dans un langage qui leur est approprié, au travers des moyens de communication technologiques que se sont appropriés 90% des africains.

 

L’éducation financière et de surcroît l’inclusion financière, ne pourrait que renforcer les capacités de développement et la rentabilité de l’entrepreneuriat local. Car ce dernier est dominé par un secteur informel dont les adeptes endurent de nombreuses difficultés de gestion financière et organisationnelle.

 

 

Aucun commentaire sur Au nom de l’inclusion financière : éduquons et sensibilisons !

Secteur éducatif africain : comment surmonter la crise Covid-19 ?

Entre fermeture des écoles et apprentissage à distance, la crise sanitaire de la Covid-19 a touché de plein fouet le secteur de l’éducation, de la petite enfance à la formation…

Entre fermeture des écoles et apprentissage à distance, la crise sanitaire de la Covid-19 a touché de plein fouet le secteur de l’éducation, de la petite enfance à la formation professionnelle. Nous avons sondé une trentaine d’institutions éducatives africaines pour comprendre, auprès des premiers concernés, les impacts de la crise et les stratégies d’adaptation mises en place.

 

  Un mot de méthodologie avant de commencer…

Le présent article est basé sur les résultats d’un sondage conduit auprès de 36 institutions éducatives africaines.

Les répondants, au nombre de 15, sont majoritairement basés en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Bénin). Sont également représentées des institutions de Madagascar et du Cameroun. Appartenant au secteur des petites et moyennes entreprises, ces répondants font partie d’une grande variété de segments d’activités : formation professionnelle, éducation supérieure, petite enfance, éducation primaire, éducation secondaire, Ed-tech (technologies de l’éducation), et activités auxiliaires (édition, imprimerie, etc.)

 

Un enjeu principal : le financement

La crise sanitaire représente, sans surprise, un enjeu de taille pour les institutions éducatives interrogées. 53% d’entre elles déclarent un impact négatif, et 13% ont été à l’arrêt. Parmi les différents segments d’activité, celui de la petite enfance est le plus particulièrement touché par la crise (voir notre article « Covid-19 : quels impacts sur le secteur de la petite enfance ?’’)

Les difficultés sont en premier lieu financières, du fait de la difficulté d’opérer un recouvrement des frais de scolarité en période de fermeture des établissements scolaires, à laquelle s’ajoutent la permanence des charges de personnel et de fonctionnement de l’école. L’enjeu des tensions de trésorerie est ainsi celui le plus cité par les répondants, devant les défis des ressources humaines ou de production par exemple [Cf. graphique n°1]. Près de 60% des institutions éducatives ont connu une baisse des revenus liée à la crise sanitaire.

Graphique 1

La situation actuelle, et notamment la fermeture brusque des établissements scolaires a mis en exergue le manque d’infrastructures adaptées à la connectivité au niveau national mais aussi au sein même des institutions éducatives : manque de matériel, classes adaptées, l’absence de contenus en ligne permettant aux étudiants de suivre les cours à distance, le manque de ressources en termes de supports digitaux, l’indisponibilité d’une connexion internet pour plusieurs des étudiants…

 

L’adaptation à la crise et le rôle croissant du digital

La fermeture brusque des établissements scolaires a forcé la grande majorité des institutions éducatives à adapter et repenser leur offre et méthode de fonctionnement. Certaines ont même eu à développer une nouvelle offre. C’est par exemple le cas de KËR Imagination, qui a développé des outils adressés aux parents pour les aider dans l’accompagnement des enfants à la maison. Des changements réalisés en urgence dans le cadre d’une situation inédite, mais qui pourraient devenir permanents pour 47% des institutions interrogées.

Parmi ces changements, le recours au digital et le développement de l’apprentissage en ligne est le plus évident. 60% des répondants ont ainsi utilisé une plateforme digitale comme réponse aux enjeux de la crise de Covid-19 et à la fermeture brutale des établissements scolaires (une plateforme support de contenus pédagogiques et/ou une plateforme d’échanges et de communication avec les étudiants, type Zoom, Teams ou Skype).

On note par ailleurs que cette plateforme a dû être mise en place en urgence pour de nombreuses institutions éducatives, qui ne possédaient pas d’outils numériques spécifiques avant la crise. Ceci a représenté un réel défi pour la poursuite de l’apprentissage : adaptation du contenu, de la pédagogie, des échéances éducatives, maintien de la motivation des étudiants… [Cf. graphique n°2]. Il a fallu également proposer des solutions innovantes aux étudiant(e)s ayant des problèmes de connectivité et/ou ne pouvant travailler depuis chez eux : mise à disposition de la salle informatique de l’institution éducative, impression des supports, financement des connexions internet ou des équipements…

Graphique 2 - les principaux défis liés à la plateforme numérique

Le passage au numérique s’est aussi avéré très difficile, voire impossible, à mettre en place pour certaines institutions, notamment de la petite enfance ou de la formation professionnelle, pour lesquelles l’enseignement à distance n’était pas réalisable. Dans ce cas, la réponse majoritairement donnée a été l’organisation de cours en présentiel, en groupes restreints afin de respecter les gestes barrières. Cette réponse, bien qu’efficace pour ce type de cours, a pu avoir de fortes implications pour les promoteurs : réorganisation de l’espace, achat conséquent de masques et gel hydro alcoolique, désinfection entre chaque groupe…

 

Que restera-t-il de cette adaptation d’urgence sur le moyen et long-terme ?

47% des répondants considèrent que la digitalisation a eu un impact positif sur le contenu offert :

  • La digitalisation a poussé certaines structures à développer de nouvelles offres, et proposer ainsi des contenus plus diversifiés
  • Le passage par le digital a permis d’accéder à un plus grand public, notamment en introduisant des offres de formation continue accessible aux professionnels (qui ont besoin d’une grande flexibilité) et en permettant d’élargir le périmètre géographique
  • Enfin, la digitalisation a permis d’augmenter la capacité d’accueil des institutions de formation, avec une moindre pression sur les infrastructures physiques

En revanche, aucune institution éducative n’envisage dans le futur proche un apprentissage uniquement en e-learning. Mais un modèle d’apprentissage mixte, mêlant e-learning et présentiel devrait se généraliser dans un grand nombre d’institutions éducatives [cf. graphique n°3].

Graphique n°3 | Comment envisagez-vous l'organisation future de votre entreprise ?

 

En conclusion

⇒ Le secteur éducatif, et notamment le sous-secteur de la petite enfance, a été fortement touché par la crise de Covid-19

L’enjeu principal pour ces institutions éducatives est financier, du fait de la difficulté d’opérer un recouvrement des frais de scolarité en période de fermeture des établissements scolaires, à laquelle s’ajoutent la permanence des charges de personnel et de fonctionnement de l’école ayant pour résultat un réel problème de BFR et des tensions de trésoreries non négligeable.

⇒ La situation actuelle, et notamment la fermeture brusque des établissements scolaires, a mis en exergue le manque d’infrastructures adaptées à la connectivité (manque de matériel, classes adaptées etc.)

⇒ Si le digital a plusieurs fois été présenté comme une réponse à la crise de Covid-19, il convient de noter que ce dernier ne représente pas pour ces institutions une option d’apprentissage à long-terme. C’est plutôt l’apprentissage mixte (blended learning) qui pourrait se généraliser.

⇒  Les acteurs interrogés semblent optimistes sur le retour à la « normale » de la situation actuelle. Néanmoins, le secteur est encore mitigé sur la permanence des changements apportés.

 

Pour aller plus loin

Retrouvez nos autres articles du blog sur les enjeux liés au secteur éducatif et la crise Covid-19  :

Covid-19, quels impacts pour le secteur de la petite enfance ?

Les écoles africaines au temps du Covid-19

Aucun commentaire sur Secteur éducatif africain : comment surmonter la crise Covid-19 ?

Saisissez votre recherche puis validez avec la touche Entrée