Kouramoudou Magassouba nous parle de l’ONG Horizons d’Afrique, qui intervient en milieu scolaire et universitaire pour former la jeunesse guinéenne à l’entrepreneuriat social. 

L’entrepreneuriat n’est pas – ou ne doit pas être – de la seule création de richesse. C’est avant tout une passion, une façon d’exprimer sa créativité, un projet auquel on croit, et qui peut être utile à la société. L’ONG Horizons d’Afrique promeut ce message depuis 2017 auprès des jeunes guinéens, lycéens ou étudiants, dans le but de former une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs sensibilisés aux enjeux sociaux et environnementaux.

L’ONG a vu le jour quelques années après mon retour en Guinée, dans un contexte de crise économique et sociale latente (fort taux de chômage, surtout chez les jeunes, émigration clandestine). J’ai débuté en 2010 ma carrière professionnelle en tant qu’enseignant dans une université privée à Conakry en parallèle de mon travail à la Banque Centrale de la République de Guinée. Ce contact direct avec de jeunes universitaires, confus quant à leurs avenirs et très demandeurs de conseils, m’a ouvert les yeux et m’a surtout poussé à agir. Car si quelques initiatives gouvernementales existent en la matière, elles sont pour le moment largement insuffisantes…

Avec d’anciens étudiants et des professionnels du secteur bancaire, nous avons mis en place Horizons d’Afrique pour promouvoir l’apprentissage des techniques entrepreneuriales. Notre objectif, c’est que les étudiants soient plus aptes à entrer dans le monde entrepreneurial à la sortie de l’école, et cela ne s’apprend pas en un jour !

 

Promouvoir l’esprit entrepreneurial

L’ambition affichée par Horizons d’Afrique est de créer, tous programmes confondus, une communauté d’au moins 1000 jeunes entrepreneurs et intrapreneurs d’ici 2025, capables de créer des emplois durables.

Parler ‘’d’intrapreneurs’’ est important, car nous avons conscience que tout le monde ne peut pas ou ne veut pas être entrepreneur. Mais en revanche tout le monde peut développer et exercer des qualités propres aux entrepreneurs, comme la créativité, l’innovation, l’animation. Il faut donner aux employés l’opportunité et les outils pour créer et innover. Les former en quelque sorte à être des entrepreneurs au sein de l’entreprise.

Tout le monde ne peut pas ou ne veut pas être entrepreneur, mais en revanche tout le monde peut développer et exercer des qualités propres aux entrepreneurs

 

Des entreprises créatrices de valeur pour tous

Nos programmes sont donc ouverts à tous les jeunes, et ont pour but d’insuffler ces qualités et valeurs entrepreneuriales essentielles pour le bien-être de l’ensemble de la société. On enregistre environ 6 000 créations d’entreprises par an en Guinée, mais la majeure partie sont des entreprises individuelles, sans création d’emplois.

Nous défendons en particulier trois valeurs clés :

  • L’empathie, en poussant les élèves et les étudiants à se mettre à la place des autres et à imaginer des solutions possibles aux grands enjeux sociaux et environnementaux de la Guinée.
  • L’optimisme : en donnant aux étudiants les moyens de changer ce qui ne leur convient pas et ce, avec ce que nous appelons une « Positive Mentale Attitude ».
  • La performance : la pérennité des entreprises est un axe fondamental d’impact. Le modèle économique de l’entreprise créée doit donc être viable et créateur de richesse.

 

Des programmes adaptés aux réalités du terrain et aux besoins

Horizons d’Afrique a développé plusieurs programmes, en fonction des publics cibles (collèges, lycées, universités, écoles techniques) et assure l’accompagnement des jeunes qui se lancent dans l’entrepreneuriat. Comme nous travaillons en réseau, nous pouvons proposer des ressources et compétences mutualisées. Nous avons par exemple mis en place une équipe technique (comptabilité, communication) à disposition des start-ups accompagnées.

Nous avons, avec l’assistance technique de Pierre ALZINGRE fondateur de l’Agence Visionari et de Start’Up Lycée en France, achevé en juin la 1ère édition de notre programme « Start’Up Lycée GouTina », spécifiquement dédié aux lycéens. Dix établissements publics et privés, ont participé à cette compétition visant à faire travailler des lycéens sur des initiatives entrepreneuriales en lien avec les Objectifs de Développement Durable. Chaque groupe de travail formé de dix lycéens (dont quatre filles au moins par groupe) était accompagné d’une équipe de trois personnes : un enseignant, un permanent de l’ONG et un entrepreneur professionnel.

 

En Conclusion

A travers mon parcours universitaire et professionnel, partagé entre la Guinée, le Maroc et la France, j’ai eu de nombreuses occasions de constater l’importance de la formation des jeunes, pour que cette nouvelle génération entreprenne quelque chose de constructif pour sa vie et le développement de leur pays. Avec Horizons d’Afrique, nous agissons au plus près de la jeunesse pour que ces recommandations ne restent pas dans les tiroirs. Partager ses compétences et son expérience est essentiel car j’en suis convaincu, le savoir n’est savoir que s’il est partagé !